0 Comments

Les fêtes de Noël approchent … et peut être que certains d’entre vous penseront à “acheter” un animal à l’un de leurs proches

ou à un enfant. Vous n’êtes pas sans savoir qu’un animal est un être à part entière, on ne “l’achète pas” en fait, on l’adopte,

que ce soit un lapin, un chien ou un chat. Un enfant ou même un adulte peut sur un coup de tête décider de ne plus s’en occuper.

Il ne faut pas avoir de coeur ni de conscience pour ça, mais ça existe.

Pour minimiser les risques d’être déçu(e) ou ennuyé(e) par de futurs problèmes avec l’animal, réfléchissez tout d’abord avant

de l’acheter et demandez vous si la personne saura s’en occuper pendant plusieurs années … mais surtout faites très attention

vis-à-vis des animaleries.

Pour ma part, je n’ai jamais voulu avoir d’animaux dans ce type de commerces mais je n’ai entendu parler que de problèmes,

de santé surtout. La plupart du temps, vous ne parviendrez pas à savoir l’origine de l’animal … l’animalerie elle-même ne le

sachant pas du tout, parfois. Sans que l’animal provienne d’une grande “lignée”, il y a un minimum à connaître, surtout lorsque le

prix de l’animal souvent supérieur à celui des élevages …

Sa provenance, les éventuelles maladies de sa famille (maladies parfois héréditaires comme la dysplasie ou d’autres malformations),

le transport que l’animal a dû supporter de certains pays étrangers, dans des conditions d’espace et de température aberrantes, pour un

jeune chiot par exemple.

Rien ne vaut de connaître au minimum les parents du chien, de voir comment ils vivent au quotidien et dans quelle hygiène ils évoluent

(en venant plus ou moins à l’improviste chez le vendeur par exemple ! ) de manière à être sûr, non pas que l’animal n’aura aucune souci,

on ne peut pas le savoir, mais qu’il commence dans la vie avec de bonnes conditions psychologiques et physiques.

Il y a autre chose qui m’a particulièrement choqué dans une animalerie à Reims (Marne) : la vente de chiots croisés ! De savants mélanges

entre des pinschers et des bichons et d’autres croisements aberrants. Vendus entre 400 et 600 euros, n’appartenant à aucune race particulière …

sachant qu’une personne qui visite une animalerie sera tout de même plus tentée d’acheter un chien d’une race reconnue.

Comprenons bien par là que l’animal n’a évidemment pas moins de valeur ou d’intérêt parce qu’il est “bâtard” mais il y a assez de portées

accidentelles chez des particuliers qui les donnent ou les vendent à bas prix et d’animaux à la SPA de ce type, pour ne pas avoir besoin de vouloir

faire de l’argent à tout prix pour ces animaux qui ne trouveront jamais un maître, surtout au prix affiché.

C’est une honte, j’ignore si le magasin a le droit de faire cela mais si c’est le cas, il n’y a aucune moralité dans tout ceci, le commerce avant tout.

Une autre arnaque existe aussi concerne les N.A.C. (Nouveaux Animaux de Compagnie)

On vous vend un lapin de race “extra naine” qui n’est autre qu’un lapereau, autrement dit un bébé, qui en grandissant vous prouvera qu’il

n’a rien d’extra nain. Tout ceci bien sûr à des prix dépassant l’entendement parfois. Personnellement j’ai eu mon petit lapin

de race Rex (voir rubrique LAPINS) chez un éleveur à l’âge de 3 mois pour 20 euros. Il était déjà tatoué et en

parfaite santé ayant vécu avec d’autres dans un environnement sain au grand air.

Dans les cages d’animaleries, vous pourrez souvent remarquer une diarrhée ou une gale qui, puisqu’ils sont au contact les uns des autres,

a contaminé tous les lapins qui vivent ensemble.

Cela ne donne pas envie d’acheter un animal ayant déjà une maladie même bénigne sachant que les frais de vétérinaires seront à votre charge.

Le plus triste pour les chiens par exemple, est qu’ils sont à vendre à partir de 3 mois environ et ne trouvant pas forcément acquéreur de suite,

ils grandissent, … et deviennent malheureusement moins attrayants car moins “bébés” et les gens au départ disposés à les adopter se font

plus rares. Par rapport au prix affiché, le potentiel futur maître réfléchit à deux fois en se disant que dans le mètre carré d’espace vital du chien,

ce dernier a pris de mauvaises habitudes au niveau de la propreté, et il n’a jamais vu la verdure pour se défouler, courir.

D’ailleurs la plupart des animaux laissés dans leurs excréments ne peuvent que prendre de mauvaises

habitudes s’ils sont là depuis plusieurs mois.

Une question se pose : que font les animaleries des animaux non adoptés ? Je crains de connaître un jour la réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *